Les origines :

La trace écrite la plus ancienne de Gourbit.
Elle est trouvée en mars 1238 sous le nom de Gorbit.
Il s'agit d'une copie exécutée en 1669 à l'abbaye cistercienne de Boulbonne du bail de la villa de Gorbit contre la redevance annuelle d'un ours sain et gaillard. Doit-on comprendre vivant ?
(B.N.F., Languedoc Doat, 84, f° 132-134 v).

Comme de nombreuses communes de montagne, l'origine du village semble remonter avant l'an 1000 où de nombreuses églises ont été construites après les peurs qui y sont liées, donc exentrées. Les villes "neuves", bâties après l'an 1000, ont leur église au centre du bourg.

Gorbit viendrait du prélatin "Gorbio" signifiant "hauteur" (A.Dauzat, C.Rostaing, p. 326). Les autres hypothèses, bien que séduisantes, nous semblent folkloriques (mauresque, corbeille, gouro buit, etc.). A noter à ce sujet qu'aucun artefact archéologique lié aux Maures n'a été découvert dans le secteur.

Les habitants sont actuellement les gourbitois et gourbitoises.
Avant le Révolution nous trouvons les gourbitains.
Quant aux gourbitols, encore dans la mémoire des anciens, il s'agierait d'une appellation péjorative orale par des personnes extérieures au village... Certains banatols nous appellent les gourbitols !

D'autres documents anciens et références :

  • En 1272 sous le nom de Gorbito (B.N.F., manuscrit latin 9187, f° 72). Lien du document pour ceux qui souhaitent le traduire ... Son titre : "Coutumes de Toulouse", magnifiquement enluminé pour Pierre de Seilh , notable toulousain.
  • En 1390 avec la révision du dénombrement des feux et foyers de 1368 du comté de Foix sous le nom de Gorbit (archives dép. Ariège 8°64).
  • En 1401 le village est porté sous le nom de Gorbic (B.N.F., Languedoc Doat, 209, f° 205v-206r). Registre des hommages rendus à Archambaut et Isabeau, comte et comtesse de Foix, par leurs vassaux du comté de Foix en 1401.
  • La carte Roussel (1730) nomme le village Goroit (erreur de typo pour Gorbit ?).
  • La carte de Cassini (réalisée à partir de 1756) où apparait Gourbit.
  1. Le Vicaire de Gourbit et la Révolution. Comment quelques Gourbitains ont "empêché le progrès de la Raison en marche".
  2. Toponymie Gourbitaine. Un rapport évident entre le nom d'un lieu et sa description géographique, les activités qui y avaient cours et les animaux qui le fréquentait.
  3. Dénombrement des feux et foyer de 1390. Sur ordre de Gaston Phoebus. Le nom habitants recensés.
  4. L' Abbaye de Boulbonne dont dépendait notre vicaire en 1390.
  5. Récapitulation cadastrale en 1834.
  6. Démographie avec le nombre d'habitations.
  7. Extrait de la "base Palissy" : Monuments Historiques à Gourbit.
  8. Guillaume Estèbe : un gourbitain pionnier de la ville de Québec. Merci à l'Université de Toronto et Laval.

Légendes, traditions et poésie :

  1. Ariejô Moun Païs. Le poème en langue d'Oc. Presque un hymne nationnal.
  2. Aqueros Mountanhos. L'air de Gaston Phoebus, adapté localement de multiples fois dans toute l'Occitanie. Dans notre version le pont de l'Ayroule fait-il référence à l'Ayroule de Tarascon sur Ariège ?
  3. Les légendes de l'étang d'Artats. Un mendiant, Jésus et Saint Pierre, un terrible orage, des bergers (le bon et les méchants), le solstice d'été. Tout un programme.
  4. Les feu de la Saint Jean, tradition cruelle à Gourbit.
  5. La légende de Pyrène. La version de la mythologie. Reprise et adaptée pour une grotte locale ...

Cartographie :

  1. Consulter la carte Roussel (1730). Attention le Nord est en bas.
  2. Consulter la carte de Cassini (1756 à 1815).
  3. Ariège, "Atlas Fayard".

Bibliographie :

En préparation...

 



Contact : courriel

Que vous soyez simple particulier ou institutionnel
merci de ne pas oublier de citer vos sources.

 

 

 

 

 

Copyrights :
© 1999 - 2021
Fabien Querci

 

 
   
Gourbit